Votre Panier

Votre panier est vide.

Sélectionner une page

La sacralisation de la trace en savonnerie

​Mais qu’appelle-t-on réellement la « trace » ?

Il s’agit simplement du moment où le mélange d’huiles et de soude commence à s’épaissir (la transformation débute) et qui, lorsque l’on relève le mixeur, va laisser une marque, une emprunte (une « trace » !) à la surface du mélange, devenant ainsi une pâte à savon. On pourrait le comparer à une « texture » de mayonnaise. C’est le signe que la saponification a bien démarré !

 

 

Or voilà, pourquoi cette viscosité est-elle importante ? Sortons du sacre, du mythe, de la légende et revenons à la base : la science.

La trace n’est en fait ni plus ni moins que le stade où la viscosité permet au mélange de rester homogène (une seule phase) et uniforme dans toute la solution durant la réaction de saponification et par conséquent d’éviter le déphasage (la séparation) qui rendrait la réaction inhomogène (grossièrement : poches de soude d’un côté et huile non saponifiée de l’autre).

A partir de ce moment, le mélange devient pâte à savon, chauffe et se solidifie (pas de retour en arrière possible). La trace fine devient de plus en plus épaisse et en fonction de ce que vous souhaitez faire (ajouts, textures, marbrage, etc…) il faut sérieusement penser à mettre moule !

Inscrivez-vous à notre newsletter

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les lettres d'information des Affranchis. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.